Comment se mettre au travail et arrêter la procrastination

Comment se mettre au travail et arrêter de procrastiner [VIDEO]

Cette vidéo est aussi disponible en podcast, cliquez ici pour le télécharger (et pouvoir l’écouter pendant votre sport, en faisant la vaisselle, dans les transports… 🙂).

Dans cette vidéo :

  • Vous allez apprendre qui est ce petit singe qui nous pousse à rien faire
  • Vous verrez qu’il y a 2 types de procrastination
  • Je vais vous donner des astuces et méthodes pour arrêter de procrastiner (pourquoi découper ses tâches, l’effet Zeigarnik, pourquoi vous ne devez pas être perfectionniste, la technique des 5 minutes…)

Cette vidéo est aussi disponible en format texte : 

C’est quoi la procrastination ?

Une très grande majorité des étudiants repoussent toujours au lendemain. Ils finissent par travailler à la dernière minute. Ça peut marcher une ou deux fois en révisant quelques jours avant, mais une semaine après vous aurez tout oublié.

L’ennemi de la procrastination

Quand on doit faire quelque chose, on a toujours une pensée rationnelle. Elle nous explique qu’il faut travailler à l’avance, qu’il faut être organisé et y aller au fur et à mesure.

Mais on a aussi comme un petit singe dans notre tête : l’ennemi de la procrastination. Il préfère vivre au moment présent et toujours choisir la facilité et préférer l’amusement. C’est lui qui va vous dire d’aller sur votre téléphone au lieu d’aller réviser.

Et à toujours choisir la facilité et l’amusement on finit par ressentir de la culpabilité, du dégoût de soi et vous ne réalisez pas vos objectifs.

Le fonctionnement du cerveau

Le cerveau fonctionne grâce à un système de récompense. Quand vous devez prendre une décision, le cerveau pense toujours à la récompense possible avant de faire l’action souhaitée.

Par exemple, quand vous mangez du chocolat, vous allez sécréter de la dopamine, l’hormone du bonheur. Le cerveau a donc tout intérêt à manger ce bout de chocolat 🙂

Le problème, c’est que le cerveau pense au récompense immédiate. Il prône le moindre effort : dans la décision “réviser ou regarder une série”, il se penche naturellement vers la série qui ne demande pas d’énergie.

A contrario, réussir ses études et avoir son diplôme est bien une récompense, mais c’est une récompense tardive. Les efforts demandés sur le moment présent sont trop importants pour ne rien avoir en retour immédiatement.

Récompense tardive et procrastination

Une étude qui a été mené en Corée du Sud en 2017 explique que les étudiants qui sont centrés sur une perspective temporelle sur le présent (donc qui recherchent toujours la facilité et la récompense immédiate) sont beaucoup plus sensible à la procrastination que ceux qui ont une perspective temporelle centrés sur le futur

Ces étudiants moins sensibles à la procrastination pense donc au récompense plus tardive, ce qui les motive à travailler.

Rappelez-vous ce petit singe. Son seul ennemi, c’est la panique. Quand il vous reste 15 jours et que vous n’avez pas encore commencé à réviser, il arrête de vous pousser dans la procrastination. Le hic, c’est qu’il doit y avoir une date limite, une échéance, pour pouvoir ressentir de la panique et se motiver à travailler.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment se préparer à la PACES ? Interview avec Jean-Yves Ponce de Potion de Vie

C’est pour cela qu’il y a 2 types de procrastination.

2 types de procrastination

Quand il y a une date limite, vous êtes obligé de travailler et vous ne perdez pas votre temps. C’est le premier type de procrastination : avec une échéance. C’est le cas d’un examen proche, d’un devoir à rendre.

Le deuxième type de procrastination (qui est sûrement le pire) est la procrastination sans échéance.

Par exemple, vous voulez vous mettre au sport, vous n’avez pas de date limite. Il n’y a donc rien qui va enclencher le bouton panique et vous forcer à travailler. Si vous repoussez infiniment, vous ne vous mettrez jamais au sport.

Pour ce type de tâche sans échéance, je vous conseille de fixer vous même vos objectifs. Par exemple, si vous voulez maigrir, fixez-vous un poids à atteindre d’ici une certaine période.

Pas de travail, pas de procrastination

Eh oui, avant de procrastiner sur une tâche, demandez-vous d’abord si elle est importante et doit être réalisée.
Par exemple, si vous devez recopier votre cours au propre mais vous repoussez toujours au lendemain, laisser tomber cette idée et travaillez directement sur votre cours sans le recopier, ça vous évitera de procrastiner inutilement.

Prenez la liste des tâches que vous repoussez et abandonnez simplement celles qui ne sont pas indispensables.

Comment arrêter de procrastiner ?

Découpez en petites tâches

Si vous avez une grosse pile de cours à apprendre, c’est pas très motivant. Divisez cette grosse quantité en plusieurs petites.

Par exemple, vous allez découpez tout votre semestre en semaine de cours, puis en matière, puis en cours importants. Il sera alors plus facile de commencer à travailler.

Quand vous jouer à un jeu vidéo les premiers niveaux sont souvent très facile.

Comme on les réalise facilement, le jeu nous donne confiance en nos capacités et nous donne envie de continuer le jeu. C’est la même chose avec les cours. Si vous commencez à réviser sans savoir par quoi commencer tellement la quantité est énorme, ça va vite vous rebuter.
Si vous commencez d’une manière plus douce avec un petit cours facile, et que vous aimez bien, vous serez dans un bon élan de travail. N’oubliez jamais, le démarrage est le plus important.

découpez en petite tâche procrastination

Pas de perfectionnisme

À toujours chercher la perfection, vous allez toujours vous trouver des excuses pour ne pas travailler.

Un exemple : vous voulez avoir tous vos cours au propre pour pouvoir commencer à travailler. Est-il vraiment nécessaire d’attendre avant de commencer à réviser ? Derrière cette recherche de “vouloir bien faire” ne se cacherait-t-il pas de la procrastination ? Je pense que si.

Arrêter de vous créer des barrières mentales qui n’existent pas en réalité. Vous avez peut-être l’impression de travailler en faisant le tri dans vos cours, mais vous procrastinez. Ce que vous devez vraiment faire, c’est réviser.

La règle des 5 minutes et l’effet Zeigarnik

Une psychologue a demandé à une dizaine d’enfants de réaliser une vingtaine de travaux sur une journée. Elle savait très bien que les enfants n’arriveraient pas à terminer.

Ces enfants ressentirent alors une grosse frustration sur les tâches interrompues.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment se préparer à la PACES ? Interview avec Jean-Yves Ponce de Potion de Vie

Cette psychologue s’appelait Bluma Zeigarnik, elle créa l’effet Zeigarnik.
Cette effet peut rapidement se définir par : “Le fait de s’engager dans une tâche crée une motivation d’achèvement qui resterait insatisfaite si la tâche est interrompue.”

Si vous commencez à vous plonger dans un cours, il sera difficile de s’arrêter en plein milieu.
C’est pour cela qu’il est intelligent de commencer juste 5 minutes. Soyez honnête avec vous même et accordez vous la possibilité d’arrêter de travailler au bout des 5 minutes si vous en avez marre. Bien souvent, vous ne vous arrêterez pas.

On se fait souvent une image insurmontable des révisions ce qui nous pousse à procrastiner. Finalement, vous êtes juste assis au chaud à apprendre des choses, c’est pas si terrible 🙂

Ne culpabilisez pas

Si malgré tout vous continuer à procrastiner, n’en faites pas tout un plat.

Un proverbe chinois dit : Le meilleur moment pour planter un arbre c’était il y a 20 ans et le deuxième meilleur moment c’est maintenant.” La culpabilité causée par votre procrastination répétée ne doit pas vous paralyser dans votre travail.

Passer à autre chose et mettez-vous au travail maintenant, sans réfléchir.

Bonus (pas dans la vidéo) : Mel Robbins a écrit le livre “La règle des 5 secondes”, c’est une technique simple à appliquer pour éviter de procrastiner. Quand vous devez faire une tâche, mettez en place un compte à rebours de 5 secondes dans votre tête, et à 0, commencez. Le fait de compter va inhiber la possibilité que votre cerveau a de trouver des excuses. 

Avec le temps, travailler deviendra une habitude et vous procrastinerez de moins en moins (toujours un petit peu quand même).

Je fais quoi maintenant ?

En premier lieu, vous pouvez vous abonner à ma newsletter pour recevoir pleins d’autres conseils, en cliquant ici. 🙂

Ensuite vous allez suivre ces étapes :

  1. N’attendez pas que tout soit parfait et allez-y
  2. Prenez cette tonne de cours et découpez là en plusieurs parties plus abordables
  3. Arrêter de réfléchir, prenez vos cours et un crayon et commencez à travailler, juste 5 minutes

Êtes-vous si faible à toujours choisir la facilité et vous laisser aller à ne rien faire ? Pensez sur le long terme, pourquoi vous faites des études ? Pourquoi réviser ce cours m’aidera à avoir ce que je veux ? Trouvez la récompense que vous allez obtenir en travaillant. Si elle est trop lointaine pour vous motiver, cherchez les petites actions quotidiennes qui vont vous y mener.

N’hésitez pas à aller voir ma chaîne YouTube si vous voulez plus de contenu et d’astuces pour vous aider durant vos études.

  • 95
  •  
  • 1

1 réflexion sur “Comment se mettre au travail et arrêter de procrastiner [VIDEO]”

  1. C’est drôle, j’ai pensé à mon fils étudiant quand j’ai lu cet article. Le coup du cours à recopier… très bien vu! Il s’est tout de suite reconnu.
    Et ça vaut même quand on n’est pas étudiant. Cela dit, pour arrêter de procrastiner, je pense qu’il faut aussi planifier son travail, et donc avoir connaissance des actions à exécuter pour en venir à bout. Quand on a un mémoire à rédiger par exemple. Sinon on finit par se laisser déborder et par abandonner.
    En tout cas merci pour cet article, simple, helpful et amusant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *